En vélo entre la France et l’Argentine… suivez le cinéma ambulant de Maylis et Lucia !

Lucia et Maylis sur la route en Mauritanie
Lucia et Maylis sur la route en Mauritanie

C’est l’histoire de deux amies : Lucia, ingénieur du son originaire d’Argentine et Maylis, étudiante en ingénierie dans l’énergie et l’environnement, originaire de Chambéry. Depuis leur rencontre il y a deux ans, ces deux fans de vélo ont beaucoup pédalé et se sont lancées cet été dans une grande aventure en deux roues reliant la France à l’Argentine…

Leur projet : aller à la rencontre d’associations en lien avec les énergies renouvelables tout au long de leur parcours à vélo. Pour chaque initiative un petit documentaire est réalisé et projeté auprès d’autres acteurs rencontrés sur la route pour susciter le débat et l’échange de techniques. L’originalité : un ciné qui demande aux spectateurs de pédaler ! En effet, avec l’aide du grand-père de Maylis, elles ont conçu un petit système électrique, le « cin’énergie » permettant de générer de l’énergie en pédalant et de la relier au vidéoprojecteur.

Le "cin'énergie" en action dans une communauté du Sahara.
Le « cin’énergie » en action dans une communauté du Sahara.

Actuellement au Sénégal, les deux jeunes filles ont accepté de répondre à nos questions.

 

Comment vous est venue cette idée de voyage à vélo sur le thème des énergies renouvelables ? 

C’est venu assez naturellement en voyant que le visa de Lucia se périmait en octobre 2014. Lors de notre premier voyage à vélo ensemble dans le Nord de l’Argentine durant l’été 2013, nous avions été invitées par un médecin inventeur d’une charrue à vélo. L’idée nous avait parue géniale et on s’était dit qu’en faisant un voyage un peu plus long, on pourrait construire un véritable panel des initiatives innovantes en terme d’énergies renouvelables. Des courts métrages sur les énergies renouvelables : nous sommes au plein cœur de nos deux spécialités, cinéma et ingénierie. 

Combien de kilomètres avez-vous déjà parcouru ?  

Nous avons déjà réalisé plus de 6000 kilomètres en un peu plus de trois mois, soit environ la moitié de notre trajet entre Chambéry et Tucuman… Après nous songerons au retour !

Quel est votre souvenir le plus marquant jusqu’aujourd’hui ? 

Il y en a beaucoup ! On pourrait peut-être citer la première projection en famille au Maroc. Nous venions tout juste de nous faire inviter pour la nuit par un monsieur qui ne parlait pas grand chose de français. En nous voyant arriver, sa femme n’a pas été très enchantée et nous a demandé de planter la tente dehors, chose rare au Maroc où nous sommes toujours invitées à l’intérieur. Alors que nous montrions l’album de photos aux enfants et Lucia jouait de la guitare, toute la famille commence à s’approcher.. La nuit tombe et nous hésitons à sortir le cin’énergie. Un quart d’heure de solitude totale alors que nous montons le système : personne ne comprend ce que nous sommes en train de faire et quand le projecteur s’allume, c’est l’euphorie générale et les voisins rappliquent. Tous veulent pédaler à tour de rôle, même certaines filles qui n’ont jamais fait de vélo de leur vie ! Et nous, nous sommes heureuses de voir que même sans parler la même langue on peut quand même passer une soirée magique !

Début décembre, les deux cyclistes embarqueront depuis le Sénégal sur un voilier en compagnie de jeunes de l’association « Voiles du partage ». Quinze jours plus tard, elles repartiront à vélo depuis le Brésil et rouleront jusqu’à Tucuman, la ville natale de Lucia.

Souhaitons leur beaucoup de courage pour leur traversée et leur périple en vélo !

MAROC
Une famille rencontrée au Maroc

>>> Suivez-les sur leur blog ! Vous y retrouverez leur journal de bord, le détail de leur projet et de nombreuses photos et vidéos à visionner.

>>> Pour leur donner un coup de main, votez pour leur vidéo sur le site de CLER* (cliquer « j’aime » pour la dernière vidéo de la première page).

* (Réseau pour la transition énergétique)

Laisser un commentaire